Ingénieuse.chLa technique, un défi au féminin

Comment combiner des études techniques et une passion ?

Portraits d’Aricia Roux et Madeleine Sandri, qui partagent leur vie entre des études dans une filière technique et leur passion, pour l’une le sport et l’autre la musique.

Par notre ambassadrice Léa Bohren, étudiante en Energie et Techniques Environnementales

À la suite d’un apprentissage de dessinatrice en génie civil avec maturité intégrée, Aricia a décidé d’intégrer la HEIA-FR en génie civil. À côté des études et du travail, elle est également cheffe OJ (Organisation Jeunesse) pour le Ski Club Zinal, son village natal. Madeleine, quant à elle, a effectué une maturité gymnasiale en maths et physique avant de s’inscrire à l’EPFL. Après son année propédeutique en sciences de la vie, elle a choisi de changer de section pour se diriger vers le Bachelor en systèmes de communications. En dehors de ses études, Madeleine fait partie du groupe de musique veveysan Dream Parade.

Toutes les deux affirment avoir commencé leur passion depuis «toutes petites». Madeleine, résidente du village d’Huémoz, a toujours voulu chanter. Adolescente, elle a commencé à faire des après-skis avec sa guitare acoustique, un micro et un ampli. Au gymnase, elle a rejoint le groupe musical avec son frère et deux amis d’enfance. Le groupe a par la suite sorti un premier album d’indie pop enregistré à Berlin. Quant à Aricia, ayant grandi dans la station de ski de Zinal, elle a très vite fait partie du Ski Club de son village et a continué quelques années ce sport en compétition. Ensuite, elle a eu la chance d’entraîner durant plusieurs années les plus jeunes de son club pour finalement atteindre le poste de cheffe OJ. Elle doit ainsi s’occuper de la planification des entraînements et des courses organisées par son club.

Revenons-en aux études. Madeleine est passionnée de cybersécurité, en particulier par la protection des données. Elle me confie que son cours préféré est Computer Security. Aricia, elle, aime le côté pratique et collaboratif de sa formation à la HEIA-FR. Elle apprécie particulièrement les cours qui ne sont pas de la théorie pure mais où les aspects concrets de son futur métier sont abordés.

Alors, est-il possible de lier études et passion ? Aricia nous dit que oui, même si en tant que cheffe OJ, cela peut s’avérer compliqué. «Il faut être très bien organisée et bien entourée» affirme-elle. Madeleine déclare clairement: «Oui, ça peut être très difficile». Mais heureusement, les autres membres de son groupe font preuve de beaucoup de compréhension et le groupe fait toujours une pause durant les révisions.

Aricia et Madeleine

Je tiens à ajouter que Madeleine et Aricia vivent bien leurs études dans une filière avec une minorité de femmes, dans laquelle elles ont été traitées avec respect. Aricia trouve qu’« en tant que femme, on est parfois plus encouragée que les hommes dans ces domaines techniques ». Les deux étudiantes interviewées estiment ne pas avoir été confrontées à des discriminations sexistes durant leur cursus et c’est tant mieux ! Cependant, les discriminations, harcèlements et violences à l’encontre d’étudiantes existent bel et bien dans les écoles d’ingénierie, comme nous le révèle (ou rappelle) les recherches de Coline Briquet publiées dans les Cahiers du Genre (2019/1). Finalement, le conseil à retenir pour Aricia et Madeleine est de ne pas avoir peur de se lancer. Ainsi, si nous avons une passion, il est important de la suivre, peu importe qui nous sommes.

Si tu souhaites plus d’informations sur la filière énergie et techniques environnementales ou les autres filières du domaine Ingénierie et Architecture, n’hésite pas à me contacter sur les réseaux sociaux Instagram et Facebook d’ingénieuse.ch !

Contact
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok