Ingénieuse.chLa technique, un défi au féminin

Une femme sur la lune

50 ans après le premier pas de l’homme sur la lune, une femme va enfin pouvoir marquer notre histoire et faire les premiers pas de l’égalité sur le sol lunaire.

Par notre ambassadrice Tina Jutzeler, étudiante en génie civil

Connaissez-vous Artémis? C’est le nom d’une déesse grecque, beau-coup associée à la lune dans cette mythologie. Fille de Zeus et sœur jumelle d’Apollon, c’est également le nom de la future mission lunaire de la NASA prévue en 2024.

Artémis est donc une femme, serait-ce alors les prémices d’une aventure féminine sur la lune ? Car oui, jusqu’à présent aucune femme n’a encore pu fouler le sol du satellite… Et quel meilleur moment que d’en parler 50 ans après la première mission habitée sur la lune (Apollo 11) et des premiers pas de l’homme sur cette dernière! Des pas qui furent d’ailleurs possibles grâce au programme d’alunissage développé par Margaret Hamilton, informaticienne et ingénieure système américaine, malheureusement peu mentionnée lors de la réussite de la mission.

NASA Artemis article avec copyright

Mais revenons tout d’abord à notre mission, Artemis I. Faisant partie du programme de la NASA pour explorer la lune et ses secrets, le programme a en fait pour but de préparer de futures missions sur Mars. En effet, les sorties prévues seront des exercices parfaits pour tester de nouvelles technologies, qui seront utiles à toutes les missions à venir.

Cette première mission d’un programme qui en comporte trois veut donc démontrer de nouvelles technologies, capacités, ainsi que de nouvelles approches pour de futures explorations martiennes. Artemis I permettra alors de tester, sans équipage, le vaisseau Orion qui sera chargé dans les missions suivantes de transporter l’équipage à la station spatiale lunaire.

Mais Mars étant surtout une cible lointaine pour l’instant, la NASA souhaite tout d’abord explorer l’entier de la surface lunaire et envoyer des astronautes là où aucun être humain n’est encore allé, comme par exemple le pôle sud de la Lune. Plusieurs objectifs sont à l’ordre de ce programme, notamment trouver et utiliser des ressources indispensables à une mission à long terme, comme l’eau par exemple, mais aussi apprendre à vivre et travailler sur une autre planète. En effet, il est important de prouver que les technologies utilisées peuvent nous permettre de nous rendre sur Mars, une mission qui devrait durer environ trois ans en comptant l’aller et le retour sur Terre. Ce qui se trouve être bien plus long qu’une mission sur la Lune, qui de manière équivalente peut durer seulement trois jours.

Le programme Artemis est donc le commencement de nouvelles aventures dans l’espace, un premier pas vers de nouvelles grandes découvertes peut-être. Permettant à l’homme de fouler une nouvelle fois le sol lunaire, ainsi que pour la première fois à certains endroits, mais surtout rendant possible à une femme de fouler le sol d’une autre planète pour la première fois. En effet, plus de 50 ans après les premiers pas sur la lune de Neil Armstrong, ce sera au tour d’une femme, dont l’identité reste à déterminer par la NASA, de marquer l’histoire lors de la mission Artemis III prévue en 2024.

Il est donc peut-être temps de mettre à jour cette phrase tant connue de Neil Armstrong « C’est un petit pas pour l’homme, mais un bon de géant pour l’humanité » en, pourquoi pas, « C’est un grand pas pour la femme et ce n’est qu’un début ».  

 

Sources :

https://www.nasa.gov/what-is-artemis

https://www.nasa.gov/specials/artemis/

Contact
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok