Ingénieuse.chLa technique, un défi au féminin

Le lutin breton

Quelle ambassadrice égalité, passionnée de la nature, de la vigne, de la terre et du vin, se cache derrière le surnom de «Lutin Breton» ?

Par notre ambassadrice Camille Lefèvre, étudiante en Œnologie et Viticulture

Je m’appelle Camille et je suis originaire de France, pays reconnu pour ses vignes, ses cépages, ses vins et ses domaines. Ma passion pour la vigne et le vin s’est révélée lorsque j’avais 16 ans à cause d’une simple question : comment fait-on des vins si différents ? J’ai donc validé un Baccalauréat Scientifique et Technique du Laboratoire à Nantes. Consciente que je n’étais pas issue du milieu viticole, il était évident que je devais « aller à la terre », comme le disent les viticulteurs, avant d’aborder l’œnologie. J’ai obtenu un Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en viticulture-œnologie toujours dans le pays nantais, ainsi qu’une Licence en Sciences des Productions  Végétales.

Ensuite j’ai postulé dans les écoles d’œnologie. La sélection est rude et les places sont limitées mais ma détermination n’a pas faibli et c’est avec grand plaisir qu’à la rentrée 2018 j’ai intégré la Haute École d’œnologie à Changins afin d'obtenir un Bachelor en Viticulture œnologie.

Camille photo 

Pour arriver à ce niveau d’études, j’ai aussi dû renforcer mes connaissances dans le domaine du vin en travaillant durant mes vacances scolaires dans différents domaines français où j’ai occupé divers postes tels que la vente au domaine, la mise en place et l'animation d’une dégustation chez un caviste et la participation à des manifestations.

Ma première plongée professionnelle dans le monde du vin, je la dois à Mme Bonnet, une œnologue amie de ma famille. Elle m’envoya à Pinet dans le Languedoc en tant que stagiaire tout un été. Ce domaine, gérée par deux femmes, Mme Gaujal de Saint-Bon et sa fille, restera cher à mon cœur. Ces deux femmes m’ont accompagnée au quotidien autant sur le travail de la vigne, la cave, la vente que la dégustation. Une diversité de tâches, pour savoir si je pouvais vraiment embrasser cette profession et si j’avais suffisamment de ténacité et d’amour de la vigne.

Ma passion est restée intacte après toutes ces heures de travail. Je garde de ce stage une belle amitié partagée et un surnom de « Lutin Breton » qui m'accompagne encore. Par la suite je suis partie en Val de Loire, en Anjou, à Cahors et en Champagne. Vignobles semés de belles rencontres qui remplissent ma boîte à souvenirs et mon carnet d’adresses.

Camille photo 2 

Pour moi l’humain est indissociable de la nature et comme elle je vis, je bouge, je cherche, j’investis sans cesse pour donner le meilleur de ce que mon métier m’apprend. Pour avancer positivement je suis bien entourée autant par mon compagnon, ma famille, mes amis qui me soutiennent dans mes choix, acceptent mes déplacements, les longues heures professionnelles, je suis heureuse.

Afin d’obtenir mon Bachelor, je dois réaliser une étude qui se porte sur 6 parcelles de différents domaines ayant leur propres spécificités dans ce vignoble du Muscadet, cher à mon cœur. J’ai dès à présent effectué les analyses de raisins, tout en surveillant les sondes météo. Ensuite viendront les carottages. Affaire à suivre.

Vous l’avez compris, je passe mon temps dans l’avion entre la Suisse et la France avec ma passion chevillée au corps. Il paraît que je suis tenace et rigoureuse, mes 15 ans de danse et 12 ans de conservatoire y sont sûrement pour quelque chose.

Contact
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok